Lionel Montico

1982, Giverny. Dans les allées du jardin de Monet, le petit Lionel, tout juste âgé de 12 ans, emprunte le Canon AE1 de son papa. Fasciné par les fleurs, il écoute attentivement les conseils paternels puis appuie sur le déclencheur. Quelques semaines plus tard, lorsqu’il découvre le tirage à la maison, en région grenobloise, ses yeux s’arrondissent : l’image restitue avec une netteté incroyable le moindre détail des pistils et des pétales délicatement poudrés de pollen. 

Une seule photo suffit. Mais cette photo est fondatrice. C’est elle qui fait éclore dans le cœur de l’enfant bien plus qu’une passion : une vocation. 

Irrésistiblement attiré par la photographie, Lionel grandit sans jamais manquer une occasion de chiper l’AE1 de son papa pour foncer dans le jardin de son grand-père paysagiste. Immergé dans la quiétude fleurie, il se penche inlassablement sur boutons, corolles, limbes et stigmates. 

– Maman, Papa, je veux devenir photographe ! 
– Apprends d’abord un vrai métier, on verra après. 

Le verdict tombe. L’adolescent essaie d’oublier son rêve et passe son diplôme d’électricien, sans jamais éprouver cette vibration intérieure qui s’empare de lui lorsque son regard fouille le paysage avant de glisser derrière l’objectif. 

Les années s’écoulent, la photographie n’est qu’un hobby. Mais Lionel est tenace. Très tenace. Et sans aucun doute très talentueux. Alors il continue à emprunter l’AE1 originel avant d’acquérir son premier appareil, qu’il glisse dans son sac à dos de montagnard assidu. Là-haut, perché sur les cimes alpines, il capte des lumières irréelles, des regards de chamois ébaubis, des pirouettes de skieurs intrépides. Bientôt, naît un projet un peu fou pour celui qui ne shoote qu’à ses heures perdues : publier un livre sur le massif de Belledonne. 

Trois ans. Trois longues années de prises de vues patientes, soignées, parfois déraisonnables. Trois années d’abnégation, totalement vouées à la conception du premier ouvrage jamais réalisé sur le massif. Contre toute attente, le succès est tel que le livre reçoit le Prix des Libraires du Dauphiné en 2003.

Il suffisait d’une étincelle pour raviver la flamme qui brûlait en lui depuis tant d’années. Belledonne, escapade en pays de lumière lui donne des ailes. Il entre rapidement à l’agence France Dias, puis réalise deux nouveaux ouvrages consacrés respectivement à la Chartreuse et à Grenoble. Peu à peu, il s’écarte des montagnes pour fureter du côté de l’architecture, du sport, des loisirs, des mariages, des reportages… Non, Lionel n’aime pas être enfermé dans une case. Il laisse son regard errer, observer, capturer sans limites. 

Le simple hobby est devenu profession. Lionel appartient désormais au pool de photographes de la renommée agence Hemis.fr et ses images sont publiées dans le monde entier : sur le web, dans les magazines et les journaux, mais aussi dans les guides touristiques et les beaux livres, ses photographies traduisent son amour de l’esthétisme, de la nature et de l’humanité. Soucieux d’échanger et de partager sa passion pour l’image et le voyage, Lionel accompagne aussi les voyageurs, depuis de nombreuses années, au sein de l’agence Photographes du Monde.